Zusha

Identité juive

Mots clés

  • Étiquettes

    contes et légendes, culture juive, histoire hassidique

  • Classes

    CE1, CE2, CP, Élémentaire, Grande Section, Maternelle, Moyenne Section, Petite Section, Toute Petite Section

  • Formats

    Podcast, Site ressource

  • Langues

    Hébreu

Zusha

Site de ressources (visuelles et audios) pour découvrir les histoires issues du monde hassidique.

« Les histoires des hassidim contiennent en elles une richesse spirituelle et historique, et à nos yeux elles sont pertinentes aujourd’hui comme elles l’étaient dans le passé. Les histoires sont souvent racontées de bouche à oreille, et on y trouve la sagesse et l’innocence, la révolution et la tradition, une croyance en la capacité de chaque personne où qu’il se trouve à toucher le sublime, l’humour, la joie et la douleur. Pourquoi des histoires? Une bonne histoire reste dans le cœur de l’auditeur et peut l’accompagner pendant de nombreuses années; Une bonne histoire a le pouvoir de changer, de guérir et de corriger. »

A l’image de ce que sont les contes traditionnels en France, Zusha propose les contes traditionnels de la culture hassidique. De nombreuses vidéos, accompagnes de leurs textes sur le site. Pour les enseignants comprenant l’hébreu, ce site peut être source d’inspiration pour les cycles 1 & 2.

Site

Youtube

Le trésor sous le pont

האוצר מתחת לגשר

Le rabbin Simcha Bunim de Peshisha avait coutume de dire que chaque hassid qui voyage pour la première fois pour visiter un Tsadik et être en compagnie de hassidim doit d’abord entendre l’histoire du rabbin Isaac ben Yokel. L’école de Rabbi-Isaac-Rabbi-Yokel.  »
Et voici l’histoire:
Plusieurs fois, Rabbi Isaac a rêvé qu’il devait se rendre dans la ville de Prague, et là près de la cour du roi sous le pont, il devait creuser dans le sol, et s’il le faisait, il trouverait un grand trésor et s’enrichirait.
Rabbi Isaac est allé à Prague et est allé au pont près de la cour du roi. Mais les soldats se tenaient là en service jour et nuit, et Rabbi Isaac avait peur de creuser le sol et de chercher le trésor. De chagrin pour le long voyage qu’il avait fait en vain et de rentrer chez lui en vain, Rabbi Isaac se mit à marcher ici et là près du même pont, occupé par ses pensées. Il l’a fait toute la journée et ce n’est que lorsqu’il faisait nuit qu’il s’est endormi à l’auberge. Il a fait la même chose le deuxième et le troisième jour. Au petit matin, il se rendait sur les lieux, s’y promenait et s’y promenait, occupé par des pensées sombres, et ce n’était que le soir qu’il quittait les lieux.
L’officier responsable du corps de garde local a remarqué que le pauvre Juif marchait tous les jours autour du pont, et il était tout courbé et dans une grande douleur. L’officier l’a appelé pour qu’il vienne à lui et lui a demandé avec des mots doux: « Que cherchez-vous? Et qui avez-vous attendu ici depuis plusieurs jours? »
Rabbi Isaac lui raconta toute l’affaire, comment il avait rêvé pendant plusieurs nuits d’affilée qu’ici se trouvait un grand trésor, et que pour cela il s’était donné la peine de venir jusqu’à Prague.
Alors l’officier a ri et lui a dit: « Aurais-tu voyager si longtemps juste à cause d’un rêve? Qui croit aux rêves? Ici j’ai aussi rêvé que je devais aller à Cracovie, et qu’il y avait un homme nommé ‘Isaac-Reb-Yokel’s, et si je creusais dans sa maison sous le poêle , je trouverai un grand trésor. Est-il possible de croire aux rêves?! Et penser que pour cela j’irai jusqu’à Cracovie! Et vous – c’est une illusion d’être venu ici.
Lorsque Rabbi Isaac a entendu les paroles de l’officier, il s’est rendu compte que tout son voyage n’était que pour entendre ces choses, et il savait que le trésor n’était pas ici mais dans sa maison. Maintenant, il doit creuser dans sa maison et chercher le trésor.
Rabbi Isaac est retourné dans sa maison et a fouillé sous le poêle , et a effectivement trouvé le trésor et est devenu riche.
Avec cet argent, il a construit la synagogue qui porte son nom – « l’école de Rabbi-Isaac-Rabbi-Yokel ».
« En effet, c’est le cas », a ajouté Rabbi Bonim de Peshisha, « chaque jeune ‘hassid mérite de savoir que lorsqu’il viendra chez le Rabbi ou le Tsadik, il découvrira que le trésor n’est pas là, et qu’il n’a rien à chercher chez le Rabbi mais dans sa maison. » C’est sa capacité, et il la trouvera certainement. Comme on dit: « Vous avez touché et trouvé – croyez vraiment! »